Le Forum des Eclaireurs d'Atys

Guilde multiraciale d'allégeance Kamiste et de civilisation Fyros
 
AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un réveil difficile...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gwrageth
Floodeur Endiablé
Floodeur Endiablé
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 33
Localisation : Paris (Terre) / Camp des Taxeurs - Pyr (Atys)
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Je m'améliore en: tank / off
Compétence 1:
156/250  (156/250)
Compétence 2:
179/250  (179/250)

13112012
MessageUn réveil difficile...

Après une mission périlleuse, qui me fût confiée par un Grand Sage Kami à Pyr, je me réveillai aujourd'hui avec un mal de tête terrible. Comme une vilaine gueule de bois après avoir bu trop de liqueur de shooki. Emergeant péniblement de ma torpeur, je jetai rapidement un coup d'œil autour de moi, mais je ne reconnus absolument rien ! J'étais allongée dans un lit qui n'était pas le mien, qui lui-même était installé sous une tente qui semblait sans nul doute être à l'opposé du confort qu'offrait mon bel appartement. Je décidai donc de sortir d'ici et d'inspecter les alentours. Il était évident que je n'étais plus dans mon chaud désert de sciure, ni même sur les plages de mon enfance. Cependant, il y avait tout de même quelque chose de familier ici. Comme un lointain souvenir.
− Nom de Ma-Duke ! Dis-je.
J'étais revenue sur Silan ! Sans perdre un instant, je me dirigeai vers Chiang le Fort pour lui demander quelques explications. Celui-ci m'apprit qu'au cours de ma dernière mission, j'avais été gravement blessée. Un violent coup à la tête porté par un Kirosta "fourbe" m'avait plongée dans un profond coma. C'est pourquoi on décida de me ramener sur Silan loin des dangers de la capitale. Accusant un peu la nouvelle, je me ressaisis rapidement et décidai de ne pas perdre un instant de plus et de repartir vers le continent, afin de retrouver mes amis et ma guilde. Alors que j'allai faire demi-tour pour aller préparer mes affaires et repartir vers le téléporteur, Chiang le Fort me retint par le bras et me dit :
− Bien des lunes sont passées depuis ton accident Gwrageth. Il te faut reprendre des forces et t'entraîner à nouveau.
− Bien, dis-je sans insister.
Je n’osai contredire Chiang le Fort, car seule sa sagesse égalait sa force et son courage. Il avait certainement raison. Dès le lendemain, je repassai donc les unes après les autres, les épreuves d'entraînement que j'avais jadis passées. Au bout d'une semaine de remise en forme, je savais que j’étais enfin prête. Il ne me restait plus qu’à terrasser, seule, le Kirosta qui se terrait au fond de sa grotte dans la jungle Silanaise. Arrivée à l’entrée de sa tanière, je ne perdis pas une seconde et empoignai mon épée de feu. Toute la haine que j’éprouvais pour les Kitins monta en moi. Ce fût comme une décharge d’adrénaline incroyable. Dopée par ma rage, le combat fût d’une violence hors du commun. Au terme de ce duel, je levai mon épée afin de porter le coup de grâce à ce monstre sorti des enfers. Alors que j’enfonçai ma lame dans la carapace de mon ennemi qui laissant couler un liquide visqueux et transparent, la bête poussa un dernier hurlement déchirant et strident. Lorsqu'il rendit son dernier souffle, que l'ultime parcelle de vie quitta sa carcasse, la jungle plongea dans un silence de mort.
Ma besogne accomplie, je m’empressai de retrouver Chiang et de lui annoncer que j’étais enfin prête pour repartir à Pyr. Ce dernier, sembla surpris de la rapidité avec laquelle j’avais retrouvé mes forces et mon habilité. Je retournai donc vers ma tente, rassemblai mes bagages et me dirigeai d'un pas assuré vers le téléporteur Kami. Enfin, je rentrai à la maison.

Ah, quelle sensation agréable que celle de la téléportation. Cela m’avait tellement manquée. Je rêvai déjà à de nouvelles promenades sur le continent en compagnie de mes camarades, mais c’était sans me douter de ce qui m’attendait. Tout d’abord, j’étais rassurée car à mon arrivée, la belle cité se tenait toujours là, dressée au milieu du désert de sciure brulant. Ses marchés, ses tavernes, ses fontaines, rien ne manquait. Je me dirigeai ensuite vers l’étable où j’avais laissé aux bons soins du palefrenier mes adorables mektoubs, mais celui-ci m’expliqua, que n’ayant pas donné signe de vie pendant trop longtemps, il se vit contraint de les revendre. A ses mots, je voulu bondir sur lui et lui arracher les yeux, mais je savais qu’il avait eu raison. Je gardai donc mon calme et lui achetai une nouvelle monture. Cela me paraissait indispensable pour traverser rapidement le désert pour retourner forer à Dyron. Une fois l’acquisition faite, j’avais besoin d’un bon bain et de changer de vêtements. J’enfourchai alors mon fier mektoub et allai tranquillement vers mon appartement, rue du cirque de Coriolis. Arrivée à destination, j’attachai ma monture et me dirigeai vers la porte de mon immeuble. Je fis signe au gardien de l’entrée qui me reconnut tout de suite. Mais celui-ci semblait troublé et heureux de me revoir. Il me dit d’un ton gêné :
− Bon-bonjour G-Gwrageth !
− Force et honneur, lui répondis-je.
− Q-Quelle surprise de te voir ici. Cela faisait si longtemps.
− Oui je sais, une aventure riche en rebondissements. Je te raconterai tout ça autour d’une bonne liqueur de shooki.
− Avec plaisir, me dit-il.
Mais quelque chose le troublait toujours apparemment.
− Que se passe-t-il mon ami ? Tu sembles mal à l'aise, dis-je inquiète.
− En effet, j’ai une mauvaise nouvelle à t’annoncer, me dit-il d’un ton grave.
− Parle donc, lui dis-je énervée. Que se passe-t-il ?
− T-ton appartement… bredouilla-t-il.
− Et bien continue. Qu’a-t-il mon appartement ?
− Ton appartement a été vendu, finit-il par m’avouer
− Quoi !!! Hurlai-je. Mais de quel droit ? Que l’on revende mes mektoubs passe encore, mais mon appartement. Je n’étais pas locataire. Je l’avais acheté, avec des dappers durement gagnés. Pourquoi ont-ils fait cela ?
Je senti alors que mes jambes se mirent à trembler. C’en était trop. C’était la goutte de trop. Je ne pouvais croire ce que je venais d’entendre. Je repris rapidement mes esprits et décidai de demander réparation auprès du conseiller de la ville.
Lorsque j’arrivai devant lui, je lui résumai brièvement mon histoire tout en contrôlant ma colère que je sentais monter en moi. Il m’écouta attentivement puis me dit :
− Je vais regarder dans les tablettes de la cité. Il est évident qu’il s’agit d’une erreur. Rappelle-moi ton nom.
− Je me nomme Gwrageth, lui dis-je.
− Gwrageth, répéta-t-il. "E", "F", "G".
Il chercha un moment, fronçant les sourcils, puis dit :
− Ah voilà, j'ai trouvé. "Gwrageth". Oh par le casque de Dexton ! Il est écrit ici que tu aurais disparu corps et biens. Malheureusement, nos lois sont strictes et il n'y a pas d'entorses possibles. Lorsqu'un des nôtres décède ou disparait tous ses biens sont donnés à la communauté.
− Comment cela est-il possible, dis-je au bord de la crise d’hystérie. Vous n'étiez pas au courant de mon rapatriement sur Silan ?
− Malheureusement Gwrageth, je ne peux rien faire de plus pour toi. Tu vas devoir prouver à nouveau ta fidélité au peuple Fyros et regagner tes bien par toi-même.
− ...
Je restai muette de stupéfaction. Je n’avais rien à répondre à cela. Dépitée, sentant le monde s'effondrer autour de moi, je tournai les talons et reparti vers les portes de la ville au côté de mon mektoub, le seul bien que j'avais désormais.

Quel retour ! J’avais tout perdu : mes dappers, mes armes, mes armures, mes animaux, mon appartement, mes droits de citoyenne Fyros et j’appris même par la suite qu’il me faudrait aussi déclarer à nouveau mon allégeance auprès des Kamis. Ce n’était pas vraiment le genre d’accueil auquel je m’attendais, mais il ne fallait pas que je me laisse décourager par ces flots de nouvelles accablantes. Je pris donc mon courage à deux mains, relevai la tête et partis faire le tour des personnalités de la ville, afin retrouver mon titre de citoyenne et prouver mon appartenance aux Kamis. C’était pour moi un nouveau départ. Ce-dernier était forcé certes, mais il s'agissait aussi d'un nouveau défi à relever pour retrouver tout ce que j’avais perdu. Force, discipline et honneur étaient et resteront les trois mots qui dicteront chacun de mes pas dans la vie.
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Un réveil difficile
» Réveil de mon lapin ????
» Holiday Celebration : The Feast of Winter Veil 18 décembre
» Histoire du réveil d'une armée nécron
» Réveil matin et penses-bêtes
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Un réveil difficile... :: Commentaires

avatar
Re: Un réveil difficile...
Message le Mar 13 Nov 2012, 20:16  Mermaidia
Mermaidia fut alertée du retour de Gwrageth par son logeur. Elle sourit en entendant cette nouvelle et lui tendit une gourde de shooki tout droit sortie de son sac en le remerciant pour l'information.
Aussitôt, elle courrut jusqu'au hall des Eclaireurs, jeta son sac dans un coin et se mit à rédiger un message.

Citation :
    Oren pyr voisinette !

    Quel bonheur aujourd'hui pour moi que d'apprendre ton retour !
    Que ceux qui t'ont connu partagent ma joie. Et, pour les autres, bah je ne doute pas qu'ils seront enchantés de se découvrir une nouvelle soeur.

    Retrouve l'un des nôtres au plus vite et nous t'ouvrirons grand les bras. Je n'avais pas perdu espoir, j'attends le retour de bon nombre d'entre vous avec impatience.
    Tu peux contacter Kilvaner, Skyshot, Nomiya ou n'importe quel autre Eclaireur que tu croiseras au détour des ruelles si tu ne me vois pas.

    A très bientôt, j'ai hâte de reprendre nos discussions sans fin !
    D'ici là, que les Kamis veillent sur toi Gwrageth.

    Merm'
    xxx
Elle siffla Idea qui bondit sur ses genoux et lui attacha le message à son collier. Ensuite elle lui détailla la trykette tant qu'elle put en espérant que la yubette saurait la retrouver sans mal.


HRP : je manque un peu de temps ce soir pour une réponse plus conforme à ton texte (excellent soit dit en passant), peut-être aurais-je l'occasion de détailler nos retrouvailles qui sait Wink
Je peux le déplacer en section "récit d'Eclaireurs" ?
 

Un réveil difficile...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum des Eclaireurs d'Atys :: Autour d'un feu de camp (Section RP) :: Récits d'Eclaireurs-
Sauter vers: